L’eau dans le gaz entre les Etats-Unis et la Chine

Les relations sino-américaines sont les liens, à la fois de concurrence et de coopération, on peut dire que ce sont des relations plus au moins compliquées.Voilà une information qui n’a pas fait grand bruit en France lors de sa sortie en 2014; mais qui pourtant révèle la tension régnant entre les Etats-Unis et la Chine. Dans son rapport annuel, le Pentagone y affirme que la Chine sous-estime ses dépenses militaires. Ces dernières, annoncées officiellement à 119,5 milliards de dollars, pourraient excéder les 145 milliards de dollars. En particulier, des postes d’achat de matériels et d’équipements étrangers auraient été omis.

Réplique du gouvernement chinois

Le ministère national de la Défense chinois a répondu à ces accusations avec la plus grande fermeté : « Depuis des années, les Etats-Unis publient ces soi-disant ‘rapports sur les développements militaires et sécuritaires en Chine’, émettant des critiques irresponsables sur la construction normale de la défense et de l’armée chinoise, exagérant la ‘menace militaire chinoise’ de manière complètement erronée».

Selon Xu Guangyu, maître de recherche à l’association chinoise de contrôle des armes et de désarmement, « exagérer les dépenses militaires chinoises est un vieux truc des Etats-Unis. Il sert deux objectifs évidents. Le premier consiste à soutenir la théorie d’une menace militaire chinoise et à intimider les autres pays de la région afin d’autoriser l’expansion militaire des Etats-Unis dans la zone ouest du Pacifique. Le second consiste à intimider le Congrès et l’opinion étasunienne dans l’optique d’augmenter le budget militaire».

L’Agence de presse Xinhua enfonce le clou

Des experts militaires chinois ont réfuté les allégations américaines, les jugeant basées sur une mentalité de guerre froide. L’agence de presse Xinhua souligne pour sa part que « les positions biaisées sur la modernisation légitime de la Chine montrent que les Etats-Unis s’accrochent toujours à une politique guerrière et d’endiguement de la Chine. La Chine a régulièrement déclaré qu’elle avait une politique nationale de nature défensive ».

Xinhua manie également l’ironie. Elle cite en premier lieu  le rapport : « un nouveau modèle de relations militaires cherche à gérer la concurrence à travers un dialogue durable et réel et un engagement à la réduction des risques… » Puis elle poursuit : « peut-être que les Etats-Unis transformeront leur paroles en actes concrets et abandonneront leur vieille hégémonie soutenue par des armes sophistiquées. Si le Pentagone chérissait vraiment la confiance mutuelle fragile, il annulerait ces rapports. De tels rapports annuels donnant mal au ventre sont des bavardages vaniteux qui devraient être jetés dans la poubelle de l’histoire. »

Les Etats-Unis, agressifs jusqu’à quel point ?

On savais qu’il y avait de l’eau dans le gaz entre les Etats-Unis et la Chine, mais on ne pensais pas que la rancœur chinoise puisse donner lieu à une telle déclaration dans l’agence de presse nationale. Mon avis est que les Etats-Unis se tirent une balle dans le pied en agissant de la sorte : à force de provoquer la Russie et la Chine, ils récolteront leur dédain lorsque le rapport de force se sera modifié, du moins financièrement dans un premier temps, car les Etats-Unis ont encore trop d’avance militaire avec un budget atteignant les 640 milliards de dollars en 2013.

Malgré leur avance militaire, les Etats-Unis ne peuvent envahir des pays comme la Chine, l’Inde ou la Russie. Ces derniers ne sont en aucun cas comparables à l’Irak et ils détiennent l’arme atomique, élément qu’il convient de conserver à l’esprit à propos des relations internationales. Les Etats-Unis ont un mal fou à abandonner leur hégémonie, mais ils ne sont pas fous au point de déclencher une guerre atomique, c’est du moins la leçon de la crise des missiles de Cuba.

Le conflit Syrien ou l’illustration d’un ordre mondial
Quel(s) pays exploiter après le Bangladesh ?